Voici un tout petit billet pour annoncer la migration de mon blog "Politiques des affects" créé il y a quelques années sur culturevisuelle.org, et qui siège désormais sur la plateforme hypothèses.org.

sa nouvelle adresse est la suivante : affects.hypotheses.org et il s'appelle toujours "Politiques des Affects", parce que c'est toujours le sujet principal de ma thèse (dans la rédaction de laquelle je suis en train de me lancer #scoop).

et il est pas mal beau, je trouve, avec ces fins menus et sa grille de suggestions de lecture :

blog politiques des affects

Il comprend 3 terrains d’études privilégiés : les images “connues” pour affecter les corps (pornographie, films de genre…), le travail scientifique lui-même comme lieu problématique de compréhension et de négociation avec des affects supposés lui rester étrangers, et de façon plus large, les dispositifs sociaux numériques en ce qu'ils sont les agents de bien des pratiques intimes, sexuelles et/ou sentimentales.

Pour le moment j’y ai organisé deux rubriques principales :

travaux méthodologiques et épistémologiques : ce carnet accueille les réflexions méthodologiques et épistémologiques menées lors de mon travail de doctorat à l’université de Nantes sur l’étude des cultures sexuelles et sentimentales en ligne. En ce sens, il accueille aussi bien des réflexions méthodologiques et éthiques sur l’usage de “fakes” comme moyens d’explorer des plateformes de sociabilités numériques que d’autres articulées autour de l’impact des ressources sexuelles ou sentimentales des chercheurs sur leurs manières de problématiser et rendre compte des terrains qu’ils étudient.

travaux d’études visuelles : cette portion est avant tout construite sur la migration de mon ancien blog de recherche visuelle (culturevisuelle.org/politiquesdesaffects). Elle accueille des exercices d’analyse d’images et des réflexions sur la circulation, la production et la gestion (légale ou individuelle) des images à caractère sexuel, sentimental ou encore intime. L’objectif principal de cette rubrique consiste à rendre compte des cultures et des politiques affectives des images, de la manière dont on dit qu’elles touchent les corps, les esprits, dont on les manipule et dont ces éléments relèvent à la fois de cultures médiatiques et d’enjeux moraux et identitaires liés aux cultures sexuelles et sentimentales ainsi que, de façon plus large, aux sociabilités.

bonne lecture !