sociographie.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 28 avril 2012

Parcours ethnographique en ligne et politiques d'accès aux documents

Voici le texte rédigé d'une communication que j'ai faite à l'automne dernier au congrès de l'AFEA. Elle s'insérait dans un panel qui traitait des ethnographies en ligne. La question, qui peut sembler entendue dans les web studies et les digital humanities ainsi qu'en socio et en info-com, a provoqué, à notre grande surprise, un mini-tollé en... ethnologie. Rien de grave, toutefois. Cette communication, alors même qu'elle fut plutôt poussive en live et que ce sont les questions des auditeurs qui la sauvèrent à mes yeux, m'a permis d'engager la réflexion qui a généré plus tard le plan de la conférence HiNT en mars 2012, et notamment l'idée qu'il est impossible de distinguer dispositif technique et matériau culturel, et de ne s'attache à l'étude que l'un des deux, dès lors que l'on travaille à une ethnographie du web.

Technology is neither good nor bad; nor is it neutral... technology's interaction with the social ecology is such that technical developments frequently have environmental, social, and human consequences that go far beyond the immediate purposes of the technical devices and practices themselves. M. Kranzberg (Kranzberg, 1986, p. 545) cité par d. boyd & K. Crawford (boyd & Crawford, 2011 p. 1)

I. Deux troubles ethnographiques et un parcours documentaire

Comment un ethnographe peut-il produire des données lorsqu'il enquête sur le web de l'intime, de la rencontre et de la pornographie ? Pour développer cette question de méthode, il me faut aborder entre les lignes l'existence de deux troubles liés profondément à l'activité des ethnographes. D'abord, un trouble lié au compte-rendu, à la description en ce qu'elle draine de vocabulaire, de rhétorique, d'enjeux à la représentation, etc. et, plus précisément, à l'accountability des ethnométhodologues qui implique que le terrain soit observable, rapportable, descriptible et « résumable à toute fin pratique » (Garfinkel, 2007). Grossièrement on peut illustrer ce point par la question de savoir ce que l'on décrit lorsque l'on « explore » un réseau social sur le web, et que pour cela, on se trouve seul face à l'écran d'un ordinateur. Le second trouble, lié au premier de façon assez directe dans le contexte du web, est celui de l'écriture (Jeanneret et al. 2003), et de la documentation (Georges, 2010, p.148) ou plutôt du « déjà-documenté » qui provient du fait que les pratiques en lignes ont quelque chose à voir avec la manipulation de documents, une manipulation supplémentaire et antérieure à celle qui caractérise l'activité ethnographique, ce qui, dans le fond, doit pousser l'ethnographe qui travaille en ligne à ne jamais se retrancher derrière un rôle passif d'archivage des données numériques, mais à interroger la possibilité et les manières mêmes de cet archivage.

Ces deux troubles ont à la fois paralysé et nourrit mon travail d'enquête et de compte rendu pendant de longues années parce qu'ils n'apparaissaient jamais directement comme les problèmes que je rencontrais sur le terrain, problèmes que j'associais toujours plutôt aux contenus des discours tenus par les internautes, affaires de sexualité, de conceptions de la relation amoureuse, de savoir/découvrir qui ment, qui est sincère, etc., qu'à des problèmes de documentation et de compte rendu ethnographique. D'une certaine façon, il m'a fallu considérer mon travail comme une activité ethnographique plutôt qu'une simple collecte de données pour pouvoir enfin commencer à rendre compte du terrain ; avant cela, avec la meilleure volonté du monde, je ne trouvais jamais la bonne manière de présenter dans son ensemble le corpus que j'étais en train de produire, et me contentait d'en présenter des portions minuscules.

Faire une ethnographie en ligne, c'est d'abord se donner pour objectif d'effectuer un parcours en ligne avec des moyens à peu près équivalents à ceux dont disposent la majorité des internautes (« no bigdata, no backoffice, just a mouse, my eyes and a keyboard »). Il s'agit donc d'avancer de page web en page web, de profil en discussion, de site perso en plateforme de partage ou en réseau social, au point de comprendre que l'activité des internautes, comme celle de l'ethnographe, peut être interprétée comme une suite de circulations (Boutet, 2008, p.448-449), de parcours de documentation. Surtout, en procédant ainsi, on réalise qu'il leur arrive régulièrement d'interpréter eux-mêmes leur parcours comme lié à de la documentation, et à d'autres moments d'être confrontés à ce type d'interprétation par d'autres internautes ou bien par les interfaces des sites web, sans qu'ils l'aient choisie de leur plein gré.

Lire la suite...

jeudi 24 novembre 2011

Réflexions sur l'hypothèse documentaire dans l'étude du web de l'intime

Ces derniers jours, sur twitter et IRL, m'a été posé une série de questions que la formule de @politechnicart peut résumer simplement : "mais pourquoi, dans ton travail sur le web, employer la notion de documents ?" La première impression que laisse peser cette question serait que la notion de document est obsolète ou ringarde, et dans les deux cas, inadéquate à une lecture du web d'aujourd'hui. j'ai d'abord pensé être capable de répondre à cette question en 140 caractères, Toutefois, rien n'est venu d'assez succinct pour loger dans un seul tweet. Cette impossibilité de la super-synthèse twittesque m'a permis de comprendre une première chose : la notion de document est une notion-pivot qui a accompagné mes déplacements sur le terrain, mais aussi mes errements entre différentes méthodes et différentes épistémologies depuis le début de cette étude en 1999. C'est à peu de choses près, la seule notion qui n'ait pas été remplacée ni éjectée, même temporairement, de ma boîte à outils sociographiques. Parler de documents m'a permis de lier différents champs d'interrogations habituellement séparés, en sciences sociales du moins, par des lexiques étrangers voire contradictoires. Voilà donc la première piste : les documents ont traversé ma description sinueuse du terrain, ils ont entériné le passage d'une méthode traditionnelle d'analyse d'un corpus de pages web à un compte-rendu ethnographique. Pour finir, ils ont accompagné et appuyé la problématisation du rôle du chercheur dans le choix du vocabulaire aussi bien sur un plan technique que sur le plan des cultures sexuelles et sentimentales, et, précisément, sur ces deux plans-là ensemble.

Lire la suite...

mercredi 19 octobre 2011

CHATROULETTE : AND SEX BECAME THE MISTAKE OF WEB 2.0

This paper was first published in POLI #4, a young french review wich offers to understand politics of images in a way directly related to cultural studies. the #4 's table of content was split in 3 parts : "bodies experiencing/facing sports" , " sex & social networks" and interviews, the first one with sociologist A. A. Casillli about online representations of the body, and the last one with B. Ruby RItch about queer cinema.

THis paper was translated from french by Sam Ripault. (thanks for his really high reactivity.)

Between the end of 2009 and the beginning of 2010, a dazzling publicity was made around the website Chatroulette.com. By the summer of 2010, however, it is not yet clear if its future might be that of a reappearance under a new form or a disappearance for good. Over one winter, Chatroulette has been causing a few problems to internet users, especially to those involved in commenting and describing the Web, whether they be journalists, sociologists or medias experts. This is one of these problems we will be discussing here. Chatroulette is a website offering to anyone equipped with a webcam to be audiovisually connected with a stranger. If it remains possible not to activate our own webcam, it is customary to authorize the computer to film us as our interlocutor is himself filmed. The main screen in the interface of Chatroulette is split into two parts of equivalent sizes. On the right half of the screen is a box for typing up messages, looking like an online chat service in which interlocutors would type in turns. The left half of the screen displays two webcam video frames, the interlocutor's at the top, our own at the bottom. The interface of Chatroulette thus allows connected users to simultaneously see, talk and send text messages to each other, displaying something that is very unlikely to be found offline: visualizing the shot, reverse shot and dialogue script at once or, in other words: displaying the documentary representation of the face-to-face we are taking part in.

As its name states, Chatroulette takes effect on a visual surprise, and its originality lies there. The connection with the interlocutor is random: we do not know who he will be and, until first glance at the screen, neither does he. We are discovering the other through the video he is showing of himself, even before any word can be read or typed. The interface assigns a specific use to the F9 key, which is attributed the “next” function that discards an interlocutor and immediately switch to the next video, showing another stranger with whom to engage a discussion. Most of the time, this is actually what a first experience of Chatroulette is made of: we experience the power of others of allowing or discarding our image on their screen, and we usually start with being discarded. Even though it would be easy to, in our turn, hit the “next” button hectically, soon arises the necessity of performing, of displaying an appealing element so as to catch the attention of interlocutors. The more we are pro-posing, the more likely we are to extract from the stroboscopic stream of successive discarded videos1. Then, people will react with imitations or contributions of their own, on Chatroulette, it is catching up or it is not.

Lire la suite...

lundi 25 juillet 2011

FaceGlat et le binarisme de genre

orientations sexuelles vs. pratiques de documentation : le spin-off

Je viens de voir passer sur twitter la mention par @bodyspacesoc d'un site qui a pour titre Faceglat et qui se trouve présenté par les journaux comme la "réponse juive" ou encore "l'alternative kasher" à Fb. La chose remarquable sur ce site, par rapport à nombre de réseaux sociaux qui considèrent les internautes comme des individus équivalents, se situe dans le fait que dès la première page les internautes sont distingués en fonction de leur genre. Ce site est exemplaire pour illustrer un point que je n'avais pas pu aborder dans l'article sur les orientations sexuelles et les pratiques de documentations : tout réside dans l'accès, dans les politiques d'autorisations à accéder aux documents que choisissent de développer les sites de rencontre ou les SNS.

Lire la suite...

dimanche 17 juillet 2011

orientations sexuelles vs. pratiques de documentation : redéfinition des sexualités par l'architecture des sites de rencontre

Ce texte est la version rédigée de ma communication au congrès de l'A.F.S. 5-8 Juillet 2011. On peut trouver un compte-rendu assez détaillé de certaines sessions sur le blog de P. Merklé, ainsi que le pdf du livetweet #AFS11 intégral sur le blog cultureordinaire

Ce texte a été présenté lors de la deuxième session du RT 16 - sociologie clinique -

penser l'articulation du goût, des identités et des pratiques de documentation sexuelle en ligne

# INTRODUCTION:

Je vais aborder la question de l'impact des pratiques du web sur les manières de se définir sexuellement. En effet, les cultures sexuelles et sentimentales, les cultures de l'intime, trouvent leurs repères de plus en plus souvent sur internet, et il faut envisager que la génération des trentenaires est la dernière à avoir amorcé la construction de sa culture sexuelle sans l'usage plus ou moins intense d'Internet. D'où l'intérêt de se pencher sur ce genre de question maintenant. En ligne, il n'existe pas une manière unique de se présenter et de définir ses aspirations sentimentales et/ou sexuelles. Chaque site web génère sa propre manière de se présenter, en conditionnant les formulaires d'inscription. Toutefois, il existe une catégorie qui est systématiquement demandée par les bases de données: celle du genre.

Que l'on s'inscrive pour voir, pour se montrer, ou pour rencontrer en ligne, il faut préciser son genre ce qui correspond, le plus souvent, à dire si l'on est un homme ou une femme. Il est pratiquement impossible de rester à l'abri du genre, de tenter de bénéficier de la neutralité du vocable "internaute", dès lors que l'on navigue sur le web de l'intime. En fait, l'usage final du site est peu important ici, dans la mesure où ce qui nous intéresse c'est l'articulation entre des pratiques de documentation, des circulations entre les pages à l'écran et des déclarations identitaires. Que les sites servent à rencontrer l'âme-sœur ou à rencontrer les partenaires d'une nuit, à discuter en ligne, ou bien à produire des spectacles cybersexuels, ou encore à la seule consultation de pornographie, tous requièrent une identification, au moins par le genre, à un moment donné.

Aussi, les manières dont les internautes s'identifient sexuellement lorsqu'ils se connectent, tout comme celles par lesquelles ils articulent leurs identifications à des pratiques hors-ligne et en ligne, sont essentielles à prendre en considération. Et c'est ce que les sites web vont faire de ces données identitaires qui nous intéresse ici. Je voudrais montrer comment le genre, l'orientation sexuelle, et l'expression des goûts sexuels sont devenus les piliers d'une gestion des parcours des internautes entre les documents proposés par les sites web. Mais surtout, je voudrais montrer comment le web de l'intime n'est pas une surface homogène, que l'on pourrait décrire depuis un point de vue unique avec un vocabulaire fixe, en lui appliquant une carte des identités sexuelle, par exemple, ou en le scindant en en deux (un web sentimental contre un web du cybersexe). Au contraire, cette hétérogénéité profonde du web de l'intime est la conséquence de l'articulation entre les identifications par les données de genre et l'accès aux documents, c'est-à-dire le résultat, non pas de variétés de comportements individuels ni d'objectifs à atteindre tout aussi individuels, mais bien d'une machinerie sémio-technique composite, fragmentaire, incohérente, et pourtant belle et bien efficace.

Lire la suite...